Première exposition dédiée à Fernell Franco

Figure majeure de la photographie latino-américaine, et pourtant méconnu en France, ce maître du contraste a droit aux honneurs de la Fondation Cartier jusqu’au 6 juin.

Fernell Franco, un artiste sorti de l’ombre :

________________

http://fondation.cartier.com/#/fr/art-contemporain/26/expositions/2460/en-ce-moment/2554/fernell-franco-cali-clair-obscur/

©Fernell Franco, à la Fondation Cartier

C’est la première rétrospective européenne qui lui soit consacrée – pas française, européenne ! Fernell Franco fait partie de ces stars mondiales de la photographie qui restent injustement méconnues sur nos rives. La Fondation Cartier pour l’art contemporain y remédie en exposant plus de 140 tirages issus d’une dizaines de séries, réalisées entre 1970 et 1996. Autant d’oeuvres qui vous donneront de l’inspiration pour réaliser des photos urbaines !

Richesse et pauvreté
Fernell Franco est un photographe colombien, enfant de la guerre civile qui fit rage entre 1948 et 1953. Comme beaucoup de réfugiés, il s’est installé très tôt dans les quartiers pauvres et marginalisés de la ville de Cali. Il s’initie en autodidacte à la photo, lorsqu’il travaille comme coursier pour un studio, puis devient freelance et rapidement photoreporter pour des journaux d’actualité et des magazines de mode.

Cette double casquette le conduit à couvrir aussi bien les cocktails chics de la haute société colombienne que la réalité quotidienne de sa ville – notamment des émeutes urbaines d’une grande violence… Très vite, il réalise un travail plus personnel sur ce contraste saisissant : insouciance et luxuriance d’un côté, misère et colère de l’autre.

La photo : une matière première !
Son approche s’élargit à tout type de contrastes : Fernell Franco est par exemple fasciné et horrifié par les nouvelles constructions qui envahissent sa ville, lorsque des buildings remplacent les maisons basse traditionnelles, et qu’une culture populaire s’efface progressivement au profit d’une ère moderne. Pour mettre ces oppositions en exergue, il utilise beaucoup le noir et blanc, ou au contraire des techniques de colorisation donnant un résultat délibérément artificiel.

Fernell Franco passe des nuits entières à retravailler ses négatifs, forçant le grain jusqu’à ce que les visages se transforment en silhouettes de dessin au fusain, ou réalisant des montages en forme de séquences cinématographiques. Pour cet artiste accompli, la photo de départ reste une matière première. À découvrir de toute urgence !
Informations pratiques : « Fernall Franco, Cali clair-obscur », jusqu’au 5 juin 2016 à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, 261 boulevard Raspail, 75014 Paris (M° Denfert Rocheraud (L6/RERB ou Raspail). Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 20h. Nocturne le mardi jusqu’à 22h. Entrée : 10,50 € ou 7 € (tarif réduit)

Articles liés


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *